Histoire inintéressante #26

C’est l’histoire de Natalie, une jeune cuillère à café qui n’a pas encore eu le loisir d’être ébouillanté dans une tasse d’eau bouillante. Mise en garde par ses camarades moins chanceuses, elle décide de quitter le tiroir où elle est retenue prisonnière par une horrible caféinomane. Sans y aller par le dos de la cuillère, elle s’élance encore et encore contre la paroi externe du tiroir pour le forcer à s’ouvrir. Ses efforts sont couronnés de succès, mais c’est au moment où elle est presque arrivée à ses fins que l’affreuse buveuse de café, s’étonnant d’avoir laissé le tiroir à couverts ouvert, saisit Natalie en vue de lui infliger son supplice.
À l’instant où la buveuse de café s’apprête à ébouillanter la pauvre Natalie, cette dernière l’interpelle :
« Eh, dites, ça ne va pas la tête !? »
Alors, l’infâme buveuse de café baisse la tête, honteuse qu’elle est, et dit :
-Jolies chaussures.

Histoire inintéressante #25

C’est l’histoire de Thibault, cadre dans une société d’assurance, qui rentre chez lui après une longue journée au travail. Comme tous les jours, il emprunte une petite ruelle sombre qui lui fait gagner plus de trois minutes sur son trajet à pied. Soudain, alors qu’il arrive au milieu de cette ruelle, une épaisse fumée blanche se forme et un homme surgit hors d’elle. Il a une longue barbe et un chapeau asymétrique.
 » Bonjour, fait l’étrange personnage.
– Bonjour, fait Thibault. Vous êtes magicien ?
– Oh, non, je suis un esprit qui vient hanter le lieu à la date anniversaire du jour où j’ai été égorgé par un malotru il y a de cela cent onze ans.
– Ah ! Et vous connaissez des tours de cartes ?
– Non.
Alors, l’esprit, honteux qu’il est, baisse la tête et dit :
– Jolies chaussures.

Histoire inintéressante #24

C’est l’histoire de Lucien, un alligator, qui décide de quitter son marais pour trouver un habitat plus commun. Il se rend alors dans une agence immobilière dans une ville proche, croquant au passage les jambes des divers passant qu’il croise sur le trottoir. L’employé de l’agence est très surprit en voyant entrer le reptile, mais le considère comme n’importe quel client. Il invite l’alligator à s’assoir sur une chaise derrière son bureau.
« Bonjour, je cherche un F2 près du marais.
– Très bien, dans quel tranche de prix ?
– Il faut payer ? »
L’employé se lève, l’air fâché. L’alligator, honteux qu’il est, baisse la tête et dit :
-Jolies chaussures.

Histoire inintéressante #23

C’est l’histoire de Paul, un jeune épileptique, qui essaie de faire un château de cartes. Voilà maintenant dix-huit heures qu’il est dans son jardin en train d’empiler deux par deux les cartes de cent quatre-vingts jeux. Son château fait maintenant quatre mètres de hauteur dans son jardin et a déjà l’eau courante et le chauffage. Le vent se lève. Paul se précipite pour aller gronder le vent. Celui-ci s’arrête de souffler, mais est trop fier pour paraître désolé. Un individu avec un étrange accoutrement se présente au portail de son jardin.
« Bonjour, que désirez-vous ? Demande Paul, poli, mais dérangé par cet enquiquineur.
-Place pour ton seigneur, laquais, je viens loger en ce palais, déclare l’étrange personnage. »
Sans que Paul ne puisse l’en empêcher, le seigneur pénètre dans le château de cartes et le fait s’écrouler.
Alors, le seigneur, honteux qu’il est, baisse la tête et dit :
-Jolies chaussures.

Histoire inintéressante #22

C’est l’histoire de Stéphane, un jeune paysan, qui s’aventure de bonne heure, armé d’une louche et d’un oursin, dans la « forêt du dragon ». Il sait pertinemment qu’il n’y a pas plus de dragons dans cette forêt que d’intelligence à l’intérieur du crâne d’un marathonien, mais il s’est permis d’emporter, au cas où, deux armes qui pourront terrasser l’éventuel cracheur de feu. En vérité, se dit-il, il fait cela uniquement pour impressionner les filles. Après avoir parcouru un bon kilomètre, il débouche sur une clairière au milieu de laquelle trône un grand donjon en ruine. Il ravale difficilement sa salive car il sait que cet édifice est connu dans les légendes pour être la demeure de l’affreux cracheur de feu. Cependant, armé de sa louche et de son oursin, il se sent brave et frappe d’un poing déterminé à la grande porte. Rien ne se passe, puis l’agitation se fait à l’intérieur, une « chose » vient dans sa direction. Le dragon ouvre la porte.
– Bonjour, c’est à quel sujet ? Demande le dragon.
– Ah… heu… je-je-je de de…, bredouille Stéphane après avoir souillé son pantalon.
– Les gens dorment à cette heure-là !
Alors, Stéphane, honteux qu’il est, baisse la tête et dit :
-Jolies chaussures.