Histoire inintéressante #41

C’est l’histoire d’Alphonse, un jeune homme perdu dans le désert. Il voulait se rendre à Oslo, mais son pitoyable sens de l’orientation l’a mené bien loin de l’endroit où il comptait se rendre en premier lieu. Sa 206 engluée dans le sable, il choisi de continuer à pied. Voilà des jours qu’il marche en n’ayant vu que du sable. Il n’a plus la moindre goûte d’eau dans ses provisions et il est à présent complètement déshydraté. Soudain, il aperçoit un lapin. Il se dit que c’est sa dernière chance. Un lapin perdu en plein désert doit forcément connaître un point d’eau.

Il le suit pendant un… deux… trois… un nombre interminable de kilomètres. A un moment, le lapin s’arrête. Il fait demi-tour et vient droit sur Alphonse. Il n’a pas l’air content, d’ailleurs il le fait savoir : « Je peux savoir pourquoi vous me suivez depuis tout à l’heure ? On s’imagine être tranquille ici et voilà que vous me harcelez ! Je vous préviens, je vais porter plainte.»

Alors, Alphonse, honteux qu’il est de ses manières, baisse la tête et dit : « Jolies chaussures ! »

Vers le pays des merveilles
Vers le pays des merveilles

Histoire inintéressante #40

C’est l’histoire d’un notaire austro-Hongrois qui, en avril 1902, part cueillir des champignons dans la campagne. Alors qu’il est sur le point de rentrer, il tombe soudainement au fond d’un trou. Un trou profond de trois mètres et large de deux. Creusé de main d’homme, car ce trou était un piège camouflé par des branchages. Très incommodé, il s’emporte :

« Qu’on me fasse sortir immédiatement ! »

Un homme habillé comme un sauvage et armé d’un lance apparait en haut. Il examine la bête qu’il vient d’attraper. D’un air déçu, il lui fait remarquer :

« Mais ! Vous n’êtes pas un lion !

-Certes, non. »

L’homme aide le notaire à remonter. Celui-ci sermonne le chasseur de lion : « Allons, nous ne sommes pas dans la savane ! »

Alors, le chasseur de lion, honteux qu’il est, baisse la tête et dit : « Jolies chaussures ! »

L'appel du fauve
L'appel du fauve

Histoire inintéressante #39

C’est l’histoire d’un bonhomme de neige qui arrive dans une classe de langue en plein été.

Il fait très chaud, mais il veut absolument apprendre le suédois. Des murmures de réprobation se font entendre alors qu’il gagne sa place. Il transpire tellement qu’une flaque d’eau le suit. Le professeur de Suédois commence son cour. Il se présente : « Hej, jag heter Sten » qu’il écrit au tableau. « Ce qui veut dire « Bonjour, je m’appelle Sten ». Allez, c’est à vous maintenant.»

Tous les élèves se présentent un à un sans trop de difficultés, mais avec un fort accent. Vient le tour du bonhomme de neige. Il n’arrive pas à ouvrir la bouche. Dégoulinant de sueur, il se rend compte qu’il n’a pas de bouche. Il essaie maladroitement de s’en sculpter une avec son bras, mais il y va si fort qu’il en arrive à se déloger la tête.

Pitoyable tas de glace en fonte, il réalise le ridicule de sa situation, et, honteux qu’il est, pivote la tête et dit : « Jolies chaussures ! »

Skada
Skada

Histoire inintéressante #38

C’est l’histoire de Kierkegaard, le philosophe, qui, en 1842, dans son appartement Copenhagois, entend quelqu’un frapper à sa porte. Il interrompt alors la rédaction de « Le concept d’angoisse » et va ouvrir. Sur son palier, personne. Il entend quelqu’un dévaler les escaliers à grande vitesse. Au sol, il trouve un paquet emballé dans du papier cadeau. Ce n’est pas son anniversaire et personne ne viendrait lui offrir un cadeau de cette manière. De plus, le cadeau en question est davantage posé devant la porte d’entrée du couple Schliessen. Il arrive d’ailleurs souvent, quand quelqu’un frappe à l’une de leurs deux portes, qu’il ne sache pas si c’est chez lui ou chez eux que les gens veulent venir. Encore plus quand la personne ne prend pas soin d’utiliser l’interphone.

Dans le doute, il prend le paquet chez lui. Suivant son intuition, il l’ouvre. Il voit alors jaillir de celui-ci un bébé ptérodactyle. Il est sidéré. Jamais il n’a vu une bête pareille. Au cas où, il lui demande : « Qui es-tu ?

–C’est toi ma maman ?

–Eh bien, c’est que… oui, si tu veux.

–Menteur ! Tu n’es pas madame Schliessen ! »

Kierkegaard ne peut démentir cette évidence, et, honteux qu’il est d’avoir prétendu être la mère du dinosaure, baisse la tête et dit : « Jolies chaussures !»

Kierkegaard et la paléontologie moderne
Kierkegaard et la paléontologie moderne

Histoire inintéressante #37

C’est l’histoire d’Alexandre, un jeune garçon qui est en train de flâner au rayon BD d’un hypermarché.

Un homme lui ressemblant étrangement vient à sa rencontre et lui dit : « Bonjour, Alexandre, tu ne me connais pas, mais en même temps, tu me connais. Je suis toi dans le futur. Je t’assure, regarde, j’ai la même tâche de naissance sur l’oreille que toi. Voilà, J’ai inventé une machine à remonter dans le temps pour venir te donner ceci ».

Il lui tend alors un album d’Astérix le Gaulois, « Astérix chez Rahazade ».

« Il faut absolument que tu le lises. J’espère qu’un jour tu comprendras pourquoi. »

Puis, Alexandre du futur s’en va précipitament, laissant Alexandre du présent décontenancé.

Quinze ans plus tard, Alexandre a gardé précieusement l’ouvrage. Il l’a lu et relu sans cesse pour trouver une signification à cette curieuse visite, en vain. Alors qu’il rumine encore cette vieille histoire, on frappe à la porte de son appartement. En ouvrant, il découvre son double du furur, inchangé depuis leur dernière rencontre. Alexandre du futur lui demande: « Alors, tu l’as lu ?
— Des milliers de fois ! Je ne comprends toujours pas ce que je dois y trouver, ce qu’il y a de si important !
— Oh non, ne t’inquiète pas, c’était juste que j’aimais bien cet Astérix là et que je trouvais dommage de l’avoir lu si tard dans ma jeunesse. C’est juste pour ça que je suis venu te le donner »

Alexandre du futur, voyant la rage muette d’Alexandre du passé, comprends que ce qu’il a fait était idiot. Alors, honteux qu’il est, il baisse la tête et dit : « Jolies chaussures »

Un temps d'avance
Un temps d'avance