Histoire inintéressante #50

C’est l’histoire de Martin, un jeune homme qui s’est fait des ailes avec des plumes de pigeons qu’il a pu trouver par terre. Il est sur le point de se lancer pour son premier vol en haut d’un building de 450 pieds. Beaucoup plus bas, dans un des magasins du building, une parfumerie, Marion est en train de provoquer un scandale parce qu’on refuse de la laisser entrer avec son dromadaire. Dans la rue, au pied du building, Serge, un policier, vient d’interpeller une femme qui pousse un berceau dans lequel se trouve une caisse portant le label « Attention ! Je contiens une bombe » en lieu et place d’un nourrisson. Martin saute !

Matteo, un gentil personnage le rattrape et lui explique qu’il ne devrait pas essayer de voler. Martin acquiesce. Il se rend ensuite dans la parfumerie et en sort avec en cadeau un parfum pour Marion. Elle est ravie et s’excuse de son comportement.

Il descend ensuite neutraliser la bombe au grand soulagement de tous.

Puis, il se rend compte qu’il vient de ruiner une histoire qui avait l’air palpitante. Alors, honteux qu’il est, il incline du chef et dit : « jolies chaussures ».

Fly Away !
Fly Away !

Histoire inintéressante #49

C’est l’histoire de Pjer, un jeune Yougoslave qui se dirige vers une place marchande de Sarajevo avec sa charette de bananes. Nous sommes alors en 1974.

Arrivant, Pjer se rend compte que son emplacement habituel est pris par un autre marchand de bananes. Un nouveau. Spoliation, pense-t-il, car cet emplacement est le sien depuis des lustres. L’homme a l’air costaud, et Pjer ne l’est pas, alors il continue sa route en recherchant un coin propice au commerce. Ayant fait trois fois le tour de la place, il doit admettre que jamais il ne trouvera meilleur emplacement.

Mais c’est un jeune homme plein de ressources et il va jusqu’au Palais non loin avec la ferme intention d’y installer son stand de vente de bananes.

Lorsqu’il arrive, un garde refuse naturellement de le laisser entrer, mais il le soudoie monnayant douze bananes. Le voici dans le hall. Il s’installe et bien vite ses bananes se vendent comme des petits pains.

Un ministre surgit alors et lui demande comment il a fait pour entrer. Probe, il avoue le soudoiement du garde contre douze bananes. Le ministre s’exclaffe : « douze bananes ! Mais contre six , je vous aurais fait entrer en personne ! On vous a bien eu!  »

Alors, Pjer, honteux de sa mauvaise affaire, incline du chef et dit  » jolies chaussures !  »

Des abricots ?
Des abricots ?

Histoire inintéressante #48

C’est l’histoire de Zivko, un automobiliste qui attend son tour pour nettoyer sa voiture dans une station de lavage. Un seul box comporte un karsher qui marche encore et un vieillard y est en train de laver sa pomme mutante. Une pomme mutante de la taille de trois hommes. Le temps passe et au bout d’une heure, le vieux Monsieur lave toujours sa grande pomme. Zivko va lui demander : « vous n’avez pas un peu fini de laver votre pomme ?

— Et si j’avais fini, bougre d’andouille, comment crois-tu que je bougerais cette gigantesque pomme ? En la conduisant ? »

Zivko comprend alors que sa remarque est stupide et, honteux qu’il est, incline du chef et dit : « Jolies chaussures !  »

Ma pomme est fantastique
Ma pomme est fantastique

Histoire Inintéressante #47

C’est l’histoire de Jean-Paul Sartre, enfant, qui gambade dans un parc municipal en regardant les nuages. Quelque chose le surprend alors. Il interpelle son camarade :
« Vois, ce nuage me suit ! En le regardant, il suffit que j’avance ou recule pour qu’il fasse pareil.
— mais non, voyons, c’est un effet d’optique. C’est parce qu’il est loin, mais il ne bouge pas.
— Ah…  »
La nuit suivante, alors que le sommeil le fuit, il sort de son lit et ouvre son vasistas pour prendre l’air. Il est surpris de retrouver dehors, l’attendant, le petit nuage qui le suivait le matin. Ce dernier lui demande : « Dites, Monsieur Sartre, est-ce que je pourrais avoir votre autographe ? »
Un air de consternation s’affiche sur les traits du jeune Sartre : « Mais je ne suis pas encore connu, triple andouille !  »
Le petit nuage de sent idiot. Alors, honteux qu’il est, il incline du chef et dit : « jolies chaussures ».

Parapluie
Parapluie

[Insérez ici une histoire inintéressante]

une image est affichée ici.

Cher lecteur,

Nous voici en août, le mois des histoires inintéressantes, te dis-tu. Eh bien, c’est avec beaucoup de regret que je dois t’apprendre la terrible nouvelle:  deux saucisses et un scaphandrier se sont introduits chez moi et ont dérobé ma production annuelle.

Peu d’espoir de récupérer le butin des voleurs, ceux-ci s’étant brillamment volatilisés en s’ingérant mutuellement. Il me faudra quelques semaines supplémentaires pour faire pousser de nouvelles histoires. Il te faudra patienter jusqu’en septembre.

Aussi, veux-tu bien pardonner, à la lumière de cette histoire véridique, ce retard qui me désole tout autant que toi.

À bientôt donc, très cher lecteur !

A.