Histoires Inintéressantes : Mode d’emploi

Qu’est-ce qu’une histoire inintéressante ?

C’est une histoire qui commence comme une histoire drôle ou un récit prometteur (fantastique, science fiction, récit historique, policier…) , mais dont la chute ne doit faire rire que celui/celle/ceux qui la raconte(ent). En clair, elle doit provoquer la plus grande déception chez le/la lect(eur/rice)/audit(eur/rice).

Quelles sont les règles à respecter ?

On raconte une histoire inintéressante au présent de narration pour la rendre plus vivante et pour faire croire à celui/celle/ceux à qui vous la racontez que vous ne connaissez pas vous même ce qui va se passer (ce qui peut être le cas si vous savez suffisamment improviser, chose très facile à faire avec une histoire inintéressante).
De préférence, commencez l’histoire par « C’est l’histoire d… ». Le début ne doit pas être ambigu et celui qui l’écoute doit s’attendre à quelque chose de bien.
L’histoire en elle-même doit-être brève si elle à pour vocation d’être lue, les gens sont bêtes et n’aiment pas lire. Si elle est racontée de vive voix, il faut la faire durer le plus longtemps possible, et même harceler celui/celle/ceux à qui vous la racontez pour qu’ils l’écoute(nt) jusqu’au bout.
La fin doit être très décevante pour celui/celle/ceux qui li(t/sent) ou écoute(nt) l’histoire. (voir le point suivant)

Si elle est écrite, un petit dessin est le bienvenue. Les gens sont bêtes et veulent des histoires illustrées, sinon ils ne lisent pas.

Règle très optionnelle : si l’envie vous prend, vous pouvez essayer, dans le cas d’une histoire écrite, de vous passer des caractères accentués et autres cédilles. Plus simplement, écrire l’histoire en tant que lipogramme en signes diacritiques (pour accentuer plus encore le caractère inutile de la chose).

Comment écrire la chute ?

C’est un peu votre « marque de fabrique ». Toutes vos histoires inintéressantes doivent se conclure dans le même style. Par exemple, un des personnages de l’histoire baisse la tête et dit « jolies chaussures » (soyez gentils et ne plagiez pas).
Cette chute ne doit en aucun cas avoir de lien avec votre histoire. En reprenant l’exemple précédent, il ne faut pas que l’histoire se déroule chez un marchand de chaussure ou qu’un des personnages soit cordonnier, fils de cordonnier, petit-fils d’un cordonnier, ami d’un cordonnier ou tout simplement fétichiste.
Précision: la chute ne doit avoir aucun sens ! Vous pouvez clore votre histoire en faisant danser tous vos personnages avec des huîtes, en faisant intervenir Joseph Staline pour qu’il les assome tous avec un saucisson, ou encore en transformant tous les éléments de l’histoire en fromage fondu.

Est-ce que je risque de me faire haïr à raconter de pareilles bêtises ?

Oui.

Rien à ajouter ?

Oui, rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *