Histoire inintéressante #22

C’est l’histoire de Max, un pou, vivant
malheureux comme un… pou. Ce jour-là, justement, son
propriétaire vient d’acheter des produits en pharmacie contre
les parasites de son espèce, comptant bien appliquer le shampoing poucide dès qu’il aurait franchi son paillasson.
Très vite la lutte pour la survie s’organise autour de Max,
considéré comme le leader de la confrérie
hématophage. Il prend la parole :  » Mes bien chers poux,
il faut agir vite ! Il ne nous reste plus que quelques minutes avant
que le Monsieur sur lequel nous vivons nous fasse tous périr
lâchement. Je propose de descendre jusqu’à l’oreille, et
à partir de là nous aviserons. « 

Tous acquiescent et
partent en direction de l’appendice auditif. Les plus braves
commencent déjà à quitter les cheveux les plus à
côté pour s’accrocher au lobe de l’oreille droite
du Monsieur. Ils font une échelle jusqu’à l’épaule
tandis que Monsieur franchis le pas de la porte d’entrée de
son immeuble. Très vite, agiles comme des puces, ils dévalent
la pente du vieil imperméable du Monsieur, gagnent le
pantalon, puis la chaussure et enfin prennent pattes sur le sol
carrelé de la salle de bain du Monsieur, Monsieur ôtant déjà son pull et sa chemise en vue d’entrer dans sa douche. Là,
apercevant toute la colonie quitter les lieux, il les interpelle :

« C’est malin, maintenant j’ai
acheté ce truc pour rien ! » Dit-il en désignant le flacon
de shampoing anti-poux.

Alors, Max, le leader, prenant sur lui
toute la responsabilité de l’exode, s’approche du Monsieur,
lui grimpe dessus pour aller jusqu’à son oreille, et une fois
dedans baisse la tête, honteux qu’il est, puis dit :

« Jolies chaussures. »

 

7 réflexions sur « Histoire inintéressante #22 »

  1. Si je puis me permettre, cette histoire manque singulièrement de réalisme : comment le pou peut-il voir les chaussures de son hôte s’il se trouve dans son oreille ? C’est à des détails comme celui-ci que l’on se doute que tout cela n’est que pure invention.

  2. Si on part du principe que les fautes d’orthographes aux imparfaits sont là exprès, cette nouvelle est exemplaire. La chute sent fortement le déjà vu, mais où?

  3. Si

    les poux voulaient les mêmes chaussures, ça leur reviendrait cher: Six chaussures par pou. Voila pourquoi les poux et de nombreux insectes ne portent pas de chaussures. Les arthropodes, c’est encore pire, et je n’aborderai pas ici le cas du mille pattes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *