Les 300 et la banane

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un film que j’ai vu hier et qui
s’appelle « 300 « . Titre totalement inapproprié : Nous
n’étions qu’une
soixantaine dans la salle. Passons. C’est un film de Zack Snyder,
adapté d’une BD de Frank Miller.

L’histoire : Elle
commence par l’arrivée à Sparte d’un messager qui
confie au roi Spartiate Léonidas l’intention du roi Perse Xerxès
d’occuper provisoirement une petite partie du territoire grec pour
organiser un petit jeu :
Xerxès devant cacher une banane
quelque part
en Grèce qui serait l’objet d’une grande chasse au
trésor pour quelques
Perses invités pour l’occasion. Léonidas n’est
pas dupe et envoie
paître le messager.

Le temps de
l’invasion des Perse approchant, Léonidas voit là
l’occasion de faire un coup d’éclat et part à la
rencontre des
centaines de milliers de Perses en compagnie de 299 vaillants guerriers
qui finiront tous par mourir à la fin.

C’est, tout comme la BD, une adaptation historique très
libre de la
bataille des Thermopyles. L’accent a été
porté sur l’aspect esthétique.
Toutes les scènes sont filmées au ralenti, si
bien qu’au final le
réalisateur réussit à tirer habilement
un film de son projet initial de
court-métrage. Les effets spéciaux sont
très réussis et on ne distingue
même plus le fond bleu sur lequel le film a
été tourné. Même le ciel
est sépia pendant tout le film. Tout au long du métrage, et
même pendant
les batailles, les personnages sont très peu
vêtus, et j’imagine
qu’ainsi de substantielles économies ont
été réalisées.  Le
film est-il
bon ? Oui, indubitablement ! Un de mes films
préférés ! Je le placerai
volontiers au panthéon cinématographique entre
l’étourdissant Batman et
Robin
de Joël Schumacher et l’inoubliable illusionniste (dont
j’avais
fait la critique).

Bref : Un
chef-d’oeuvre qui ravira les moins ornithoptère d’entre
nous.

Note
: 0.9²/20

5 pensées sur “Les 300 et la banane”

  1. gout amer

    Une cité ou les armes font les hommes, et dont la sureté de la patrie dépend de leur maîtrise, dissimule mal l’allégorie d’une certaine Amérique, des valeurs qu’elle se vit défendre, et de son IIème amendement… La diabolisation de la Perse comme fanatique et débauchée, à vrai dire, n’est pas neuve, et c’est bien regrétable… Une menace venant du Moyen-Orient et menaçant les libertés de la civilisation qu’incarne Spartes… Toute cela me laisse quand même un goût bien amer, alors que Washington s’enlise en Irak et menace l’Iran…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *