Un clown tué dans un incendie

Je me fais le relais d’un terrible fait divers survenu quelque part.

Un incendie d’origine accidentelle s’est déclaré le samedi 25 octobre 2008 au domicile de M. et Mme Davont, résidants dans la commune de Mesnil-sur-Vire (Loire-Atlantique), tuant un clown, brûlant deux adultes et intoxiquant de nombreux jeunes enfants.

C’est dans l’après-midi du 25 octobre, vers 13h25 que l’incident a eu lieu, nous racontent les témoins. M. et Mme Davont avaient organisé une fête d’anniversaire à l’occasion des dix ans de leur fille, Victoria Davont. De nombreux enfants avaient été invités à cette fête, accompagnés de leurs parents. Un clown avait été engagé par M. et Mme Davont pour animer l’après-midi. Au cours d’un numéro de magie, ce dernier a accidentellement enflammé son chapeau, puis le feu s’est propagé sur son costume. « Il a pris feu d’un seul coup », déclare M. Gardouche, père d’un des enfants invités. « Je crois qu’il voulait faire sortir des fleurs de son chapeau, mais quelque chose a mal tourné. Il s’est enflammé très vite et a commencé à se rouler par terre. Nous étions pris au dépourvu. Dans l’instant, je n’ai songé qu’à éloigner le gâteau. »

Le feu gagne ensuite rapidement les rideaux du salon, puis les meubles. Les invités se retrouvent très vite pris au piège. « Il y avait de la fumée partout » raconte Mme Jotard. « Nous nous sommes éloignés le plus possible des flammes, près de la fenêtre, mais nous ne pouvions pas sortir à cause du massif de pétunias de Mme Davont qui se trouvait dans son jardin juste en dessous. Nous ne voulions pas abîmer les fleurs. »
D’interminables minutes s’écoulent avant que n’arrivent les secours.

« J’ai senti comme du clown brûlé » raconte la voisine, Mme Sanchez. « Quand j’ai regardé par la fenêtre, j’ai vu que la maison des Davont prenait feu. Je ne suis pas du genre à me plaindre, mais j’ai quand même appelé les pompiers parce que l’odeur me dérangeait. »

À 13h38, les dix-huit victimes ont été libérées du brasier, certaines en sont ressorties sévèrement brûlées. Deux enfants sont toujours en état critique. Une cellule psychologique a été créée pour aider les jeunes victimes n’ayant pas pu obtenir une part du gâteau, celui-ci ayant été endommagé par l’incident.
Quant à la cause de l’incendie, il semblerait après enquête que le clown était en bois.

 

Source : AFP

4 pensées sur “Un clown tué dans un incendie”

  1. Si ses produits de maquillage ne sont pas brûlés, abab aimerait bien les récupérer. Il a une fête costumée un jour prochain.
    Merci cher journal de faire passer l’annonce

  2. Le thème du feu, présent dans cette relation véridique ET dans l’immortelle pièce de théâtre qui précède, ce n’est évidemment pas sans rapport.

    Je me plonge dans « Psychanalyse du Feu » de Bachelard afin d’élucider le cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *