Vie de Jean Touriet

Nous connaissons tous beaucoup de noms de grands peintres du XIXe siècle, mais il en est un qui est resté longtemps inconnu de ses compatriotes alors même qu’il est célébré depuis toujours à l’étranger. Je veux bien sûr parler du Français Jean Touriet. On en sait très peu sur sa vie. Né en 1852, dans le Gers, de père et de mère inconnus (ils finirent pourtant par tout avouer à leur fils en 1870), le jeune Jean Touriet a eu une enfance qu’on pourrait qualifier de pas top. Très jeune, il manifeste un goût évident pour les mathématiques et l’art. N’entendant cependant rien au premier domaine, et malgré des efforts répétés pour comprendre les calculs, il décide de consacrer sa vie à la peinture. Une de ses plus anciennes toiles qui nous soit parvenue illustre très bien son goût pour le non-impressionnisme. 

Le mec sur la luge.

 

Puis il décide d’aller tenter sa chance à Paris dans les années 70. C’est un succès immédiat ! On reconnaît en lui le grand artiste qu’il a toujours rêvé d’être. Il devient la coqueluche des salons parisiens. Lors d’une exposition de ses oeuvres, en 1973, il met accidentellement le feu à la gallerie en essayant d’allumer son premier cigare. La presse de l’époque, interprétant l’accident comme un geste militant, célèbre le génie de « l’anticonformisme moderne ».

 

Les Cygnes

Son succès s’accroit davantage et il se laisse prendre au jeu du spectaculaire. À Vienne, la même année, il surprend en venant déguisé en mouette lors de la grande exposition au palais impérial. Ses frasques se font de plus en plus fréquente. Pourtant, l’évènement de Rome ( où il se rend à une rétrospective impressionniste accompagné d’un juif et d’un crocodile qui ampute plusieurs des invités) lui fait perdre sa crédibilité en tant qu’artiste. Il est considéré dès lors comme un agitateur de mauvais goût.  Pour regagner une certaine popularité, il s’essaie à l’autoportrait.

Autoportrait

Affublé de tous les noms d’oiseaux par la presse de l’époque, qui voyait désormais en lui un imposteur dénué de talent, il décida de mettre fin à ses jours en avalant une pleine caisse de savon. Les réactions furent anecdotiques, même de la part des artistes de l’époque. Manet saluait l’homme, même s’il méprisait l’oeuvre. Renoir saluait l’oeuvre, même s’il restait critique quant au goût du peintre Gascon pour le théatral. Cézanne, lui, répétait à qui voulait l’entendre qu’il avait battu Touriet aux dominos.

9 réflexions sur « Vie de Jean Touriet »

  1. Une note géniale comme on aimerait en voir plus souvent !
    Bravo bravo bravo j’ai beaucoup ris, surtout à la phrase : « La presse de l’époque, interprétant l’accident comme un geste militant, célèbre le génie de « l’anticonformisme moderne ». »
    C’est tellement vrai… comme quoi, tu viens aux origines de l’absurde : dénoncer la bêtise de la société via des situation qui n’ont à première vue pas de sens.

  2. J’ai toujours été un grand admirateur de Touriet, c’est pourquoi on peut retrouver de nombreuses œuvres inspirés de ses tableaux dans les marges de mes cours…

  3. Quelle longévité!

    Né en 1852, un premier cigare lors d’une expo en 1973… il ne connaissait sans doute rien aux maths, mais pour l’art de vivre et de vivre longtemps, il était champion!

  4. Moi aussi…

    J’espère mourir de mon vivant comme disait Coluche et vivre aussi longtemps, quoiqu’à force on doit s’emmerder. J’ai commencé par les mathématiques jusqu’au jour où un examinateur du BAC m’a demandé: « mais enfin, que savez vous faire? », un ange est passé et je me suis tourné vers la peinture que je pratiquais depuis tout petit et que je pratique toujours. Je ne connais aucun crocodile, hélas…

  5. Au fait, ça me revient, ah ah, saviez-vous que Jeannot passait ses vacances de février avec Frank Sinatra au Djong Djong Coconut?
    Cette anecdote vous a été offerte par les éditions Larousse, ton lit est fait de mousse.

  6. C’est sur que se balader avec un crocodile comporte son lot de risques, mais tout de meme…

    Tiens au fait, l’oeuvre « Les Cygnes » me captive. je n’arrive pas à dire pourquoi, ca me fascine. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *