Histoire de Zomb, le gentil zombie

Une vieille histoire non publiée, retrouvée dans un cahier. Circa 2006

«Dis Papa, est-ce que je peux regarder un film de zombies ?
— Et pourquoi ?
— Parce qu’il y aura pleins de sang et que ça va être gore.
–Tous les zombies ne sont pas violents et affamés de sang. Laisse moi te raconter l’histoire de Zomb, le gentil zombie.

Zomb vivait dans la terre, dans un cercueil, ou plutôt ne vivait pas puisqu’il était mort, et je peux t’assurer qu’il vivait très bien la situation, façon de parler. Un jour, Dieu vint lui parler et lui dit :
«Zomb, je te redonne la vie.
— Je m’appelle Philippe.
— Philippe, qu’on appellera Zomb à présent, je te redonne la vie.
— Chouette ! Je suis rescucité, comme Jésus ?
— Alors, en fait pas vraiment. Tu n’es qu’à moitié rescucité. Je te redonne une moitié de vie, c’est à dire que tu seras mort ET vivant.
— Comme le chat de Schrödinger ?
–Non non, pas du tout. C’est un état permanant, pas un expérience quantique.
— Ah bon ok. Merci quand même. Et devrais-je porter le message chrétien à travers le monde, comme un prophète ?
— Non, surtout pas.
— Mais pourquoi m’accorder cette faveur alors ?
— Je m’ennuyais, c’est juste pour passer le temps. Si tu as envie, tu peux aller terroriser les vivants pour les éviscérer et leur manger le cerveau, avec ma bénédiction. Bon, allez, porte toi bien et au revoir.
— Attendez ! Le cercueil est fermé, et je suis enterré profond. Vous pourriez pas faire un autre miracle, si c’est pas trop demander.
— Deux miracles de suite, ça fait beaucoup, mais je te l’accorde. »

Dieu ramena Zomb au dessus de la terre et vit que cela était bon. Zomb, quant à lui, n’alla jamais troubler les humains d’aucune manière.

–Elle est nulle ton histoire.
— Un peu.»

Histoire Inintéressante #59

C’est l’histoire de Daniel, un jeune homme tranquille. Un jour qu’il marche dans la rue – rue  Rakkaus, vous ne connaissez pas – il entend son prénom prononcé d’une voix fragile. “Daniel ! …”, puis rien.   Il se retourne, entraperçoit le reflet d’un jeune homme blond dans la vitrine du Kebab, mais derrière lui ne voit personne. Et le reflet a disparu. La rue est déserte. Le reste de sa journée se déroule sans incident, mais il est inquiet. Il a l’impression que quelqu’un le suit. Quelqu’un d’invisible. Ses angoisses le poursuivent les deux jours suivants, où il soupçonne une présence sans rien voir.

Le soir suivant, rentré chez lui, depuis sa cuisine où il est en train de préparer une salade d’avocats, il entend le téléphone sonner et décroche. “Allo ?”
Au bout du fil, il entend une comme la respiration de quelqu’un en panique. “Qui êtes-vous ?” demande Daniel.  Mais la personne ne répond pas. D’un coup, on lui raccroche au nez. La seconde d’après, quelqu’un frappe à sa porte. Par le judas, il voit le même homme blond qu’il avait aperçu deux jours plus tôt. Il remarque qu’il a l’air angoissé.  Il ouvre. “C’est vous qui venez de téléphoner ? Et qui me suivez ? Qui êtes-vous ?” Le jeune homme acquiesce. “Oui, c’était moi, je voulais vous aborder mais… enfin je suis un peu timide.  Je m’appelle Allah. Enfin, je veux dire… je suis Allah. – Le Dieu ? –Oui, le Dieu. – Mais… pourquoi ? Qu’est-ce que… – C’est que… je suis amoureux. – De moi ? – De vous.”
Daniel est un peu en colère et le fait savoir. “Non, mais ça va pas bien la tête ? ça ne se fait pas de harceler les gens comme ça ! “
Alors, Allah comprend que ce qu’il a fait n’est pas bien. Il baisse la tête et dit : “Jolies Chaussures !”

Mais Daniel trouve Allah mignon. Le lendemain, ils conviennent d’un rendez-vous pour aller boire un verre ensemble.

Allah tienne !