Histoire inintéressante #57

C’est l’histoire de Sevastian, un chien du programme spatial Russe de 1957 qui est sur le point d’être envoyé dans l’espace en orbite autour de la Terre. Les ingénieurs lui expliquent rapidement les commandes de distribution de nourriture, le fonctionnement des toilettes et comment piloter l’engin en cas de problème. C’est le moment de partir. Spoutnik décolle. Sevastian n’en mène pas large. Tout se passe comme prévu et il est mis en orbite.

Deux jours plus tard, Sevastian s’ennuie. Il décide alors de désobéir aux ordres de sa mission et de partir visiter Mars. Il passe en commandes manuelles et s’éloigne de la Terre. À peine entre-t-il dans l’espace aérien martien qu’un astronef de police vient à sa rencontre. Il est sommé de sortir de son véhicule par l’agent et de présenter les papiers de son engin et ses propres papiers d’identités.

Sevastian n’a rien de tout ça et il en est très embarrassé. Alors, honteux qu’il est, il baisse la tête et dit : « jolies chaussures ».

Astro Dog
Astro Dog

Histoire inintéressante #42

C’est l’histoire de Fabrice qui invite en rendez-vous galant la belle Marylise pour la première fois. Il choisit de l’emmener dîner dans un cabaret où se produit un magicien. Ce magicien exécute des tours formidables à base de fleurs, de lapins, de mouchoirs et de montre non cassées. Les deux tourtereaux le remarquent à peine, trop absorbés qu’ils sont l’un par l’autre. Mais ils sont dérangé par le magicien a qui prend l’envie de faire participer un membre du public pour un numéro où l’on doit se faire transpercer par des sabres à l’intérieur d’une grande boite. Il jette son dévolu sur Fabrice, qui est bien forcé d’accepter, sous les acclamations de la foule. Il laisse Marilyse seule.

En entrant dans la boite, le magicien lui murmure : « Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous transpercer. Cette boite est en fait un téléporteur qui vous transportera directement sur ma planète d’origine : Cazolmodia. »

Sans avoir le temps de protester, il est envoyé sur Cazolmodia. Tandis que le magicien transperce du vide, Fabrice se retrouve en plein jour de marché sur Cazolmodia. Il passe difficilement inaperçu au milieu des Cazolmodiens, êtres jaunes cyclopes à têtes pointues. La foule se presse autour de lui et lui lance des injures. Aussitôt un policier vient lui demander une pièce d’identité.

Fabrice n’a rien sur lui et, honteux de sa situation irrégulière, baisse la tête et dit : « jolies chaussures »

On ne va pas laisser entrer n'importe qui
On ne va pas laisser entrer n'importe qui