Cami

Dites-moi si j'ai tort, mais je suis sûr que vous ne connaissez pas Cami. Cami, Pierre-Henri de son prénom, est un des plus talentueux auteurs absurdes français du XXeme siècle, sinon le meilleur, selon une citation attribuée à Chaplin. Un homme qui a la logique d'un "œuf de piano dans la cervelle d'une poule", selon Prévert cette fois.
Biographie express : Cet humoriste, amateur de corrida, a commencé sa carrière en publiant dans le Petit Corbillard illustré, journal qu'il a fondé. Il a connu un grand succès (relatif tout de même) pendant l'entre-deux guerres, puis fut complètement oublié. Et c'est là que je m'insurge ! Seule une infime partie de son œuvre a été rééditée. On peut trouver sans trop de difficultés :

et

Deux éditions qui, en plus d'exister, ont le mérite d'être réussies. Outre ces deux chef-d'œuvres, j'ai également eu le privilège de pouvoir lire Drames De La Vie Courante et le très rare Le Jugement Dernier (roman prématuré).
Je ne peux que vous encourager à dévorer les deux ouvrages dont vous pouvez voir les couvertures plus haut. Il s'agit dans les deux cas d'un ensemble de tableaux, écrits comme des pièces de théâtres injouables qui mettent en scène des personnages plus absurdes les uns que les autres, tels que l'hérétique qui va se faire ignifuger, le mort ressuscité qui pose des problèmes aux croques-morts qui l'emmènent au cimetière, ou ce pauvre homme, atteint d'appendicite, qui se fait poignarder par un apache neurasthénique dans la rue, lui sauvant la vie :

Le président, lisant le verdict à l'apache – Après avoir délibéré, la cour acquitte l'accusé pour sa tentative d'assassinat, mais le condamne à six mois d'emprisonnements pour exercice illégal de la médecine.

Et puis, il y a les innombrables énigmes résolues par Loufock Holmès, accompagné en permanence par son Watson à lui, le chef de la sécurité relative, que ce soit dans des affaires concernant son ennemi juré, Spectras, ou dans d'autres concernant l'assassina de l'accordeur de participes, le suicide du bourreau de sardines ou encore la disparition du squelette frileux.

Mais, encore une fois, je donne bien mal envie de lire ces merveilleux ouvrages. Je vais donc me contenter de vous ORDONNER de les lire !

(Au passage, si quelqu'un sait où je peux me procurer Le Voyage Inouï de Monsieur Rikiki, Le Fils Des Trois Mousquetaires, Les Chevaliers Du Gai ou n'importe quel autre ouvrage du même auteur, qu'il me fasse signe ! )

edit : après vérification, il semble que plus rien de ce merveilleux auteur ne soit disponible, ou alors à prix d'or. Vous êtes dispensés jusqu'à la prochaine réédition.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

1 réflexion sur « Cami »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *