Chronique de mes pensées hautement philosophiques : Le solipsisme peut-il mener à une revalorisati

(Réfléxion suite à une interrogation constante du petit Dimitri Vial .)

« Le solipsisme me paraît une théorie séduisante et je ne comprends pas pourquoi nous sommes aussi peu nombreux à y croire ». Pour bien le comprendre, il faut tout d’abord le définir le solipsisme en termes profanes pour ne pas rebuter les non-initiés. Qu’est-ce que le solipsisme ?

« Le solispsme est, dans le cadre de la pensée réciproque, une subjectivité abstraite que l’on place entre soi et le monde externe dans le but de réfuter sa propre existence. » Le solipsisme, quoi qu’on ait pu en dire, n’est en rien comparable à son homologue bulgare, le subjectivisme, qui a pour objet l’opposition consciente du sujet à autrui.

Ce mode de pensée est en cela génial qu’il trouve sa justification par son existence propre. En cela, l’impact qu’il a actuellement sur la condition humaine est à la fois énorme et ridicule. Par la même occasion, l’individu conscient peut se forger sa propre idée de l’humanité, court-circuitant dans l’abstraction les fondements logiques du solipsisme, rendant ainsi le raisonnement statique dans une perspective morale inappropriée. L’individu, en tant qu’entité relative à la somme des individus, n’en est pas moins acteur et réformateur de l’idée solipsiste en tant qu’élément revalorisateur.

Le fruit de ce raisonnement est clair, le solipsisme peut effectivement aider à une revalorisation de la condition humaine dans la mesure où la condition humaine est capable de se revaloriser par elle-même.

En d’autres termes, le solipsisme ne sert à rien.

2 réflexions sur « Chronique de mes pensées hautement philosophiques : Le solipsisme peut-il mener à une revalorisati »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *