Le docteur Saint-Saëns

Il était déjà minuit passé lorsque Mme Olivetti s'engouffra dans la petite ruelle qui devait la mener à destination. Le « docteur » Saint-Saëns lui avait donné des instructions détaillées pour s'y rendre. Elle arriva devant l'enseigne du vendeur d'ampoules, magasin non fréquenté qui servait de devanture à la petite clinique illicite du docteur Saint-Saëns. Elle frappa trois coups à la porte. Un grand homme, squelettique et mal rasé, lui ouvrit.

« Madame Olivetti ?

– Oui, bonsoir docteur.

– Bonsoir ! Entrez donc ! Asseyez-vous ! »

Le docteur Saint-Saëns n'avait pas ce qu'on pouvait appeler un bureau. Dans la pièce se trouvait un grand placard avec tout un tas d'instruments et de produits médicaux, une table d'opération, qui consistait en une grande planche posée sur des tréteaux et recouverte d'un tissu blanc et que dominait un néon défectueux qui clignotait sans cesse. Toute la pièce était très sale et Mme Olivetti crut même apercevoir un rat mort par terre. Elle fut soulagée qu'il n'en fût rien quand elle le vit détaler et passer sous le placard. Mme Olivetti prit place sur un des tabourets disponibles et ce n'est qu'à cet instant qu'elle aperçut Frank.

« Mme Olivetti, fit le docteur saint-Saëns, laissez-moi vous présenter mon assistant, Frank.

– Enchanté, fit Mme Olivetti.

– Frank également enchanté, fit Frank »

Frank était vêtu, comme le docteur Saint-Saëns, d'une bouse blanche, sauf que la sienne était trop grande et qu'on pouvait deviner une protubérance sur son épaule qu'il n'arrêtait pas de gratter. Il avait les cheveux longs et sales, mais c'était surtout cette grosse bosse qu'on remarquait.

« Alors, madame Olivetti, fit le docteur Saint-Saëns qui venait de s'assoir en face d'elle, rappelez-moi de quoi il s'agit.

– Eh bien voilà, depuis quelques temps, j'ai envie de me débarrasser de mes intestins. J'ai vu dans un magazine que ça prenait beaucoup de place et puis, comme j'ai envie de perdre du poids, autant enlever ce qui est inutile. Je viens chez vous parce qu'à l'hôpital personne n'a voulu…

– Une petite minute, Mme Olivetti ! fit le docteur Saint-Saëns. Vous savez, les intestins servent à beaucoup de chose dans le corps humain. Je n'ai pas fait beaucoup d'études, mais mes trois ans de première année de médecine m'invitent à penser que les intestins sont du genre plutôt indispensable. »

Mme Olivetti considéra la chose, puis, regagnant confiance en elle, dit :

« Je préférerais quand même vivre sans.

– Entendu, fit le docteur saint-Saëns, dans ce cas, laissez-moi vous montrer la procédure. »

Le docteur Saint-Saëns posa une feuille sur ses genous et fit un croquis au crayon de papier. Frank était attentif. Frank était non seulement l'assistant, mais aussi l'apprenti du docteur Saint-Saëns.

« Alors, regardez, fit le docteur saint-Saëns, vous avez ici représenté votre abdomen, avec l'estomac ici et les intestins là. L'opération que je vais effectuer va consister à vous ouvrir le ventre, à couper ici la connexion entre votre estomac et les intestins, enlever les intestins, faire un nœud au bout du boyau de votre estomac et enfin recoudre votre ventre. Le tout se fera sans anesthésie parce que Frank a reniflé le reste d'éther avant que vous n'arriviez.

– Parfait, fit Mme Olivetti. Je pourrais rentrer chez moi tout de suite après ?

– Non, je préfère vous garder en observation. Une telle procédure n'a jamais été pratiquée avec succès et il est à peu près certain que vous finirez enterrée dans mon sous-sol.

– Très bien ! Je vous paie à l'avance, donc !

– Absolument ! »

Une fois le règlement effectué, le docteur Saint-Saëns fit coucher Mme Olivetti sur la table d'opération.

« – Dites, fit le docteur Saint-Saëns, ça vous ennuierait que ce soit Frank qui pratique l'opération ? Je lui enseigne beaucoup de choses, mais il a besoin de pratique.

– Mais non, fit Mme Olivetti, ça ne me dérange pas du tout ! »

Frank releva le chemisier de Mme Olivetti, prit un des tournevis les plus tranchants et pratiqua la première incision.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *