QdJ: La loi des séries

Quelle est votre série TV préférée? Etes-vous fan de séries?

Avez-vous déjà entendu parler de cette petite série québecoise du nom de Paul et les tibias ? Non, certainement, elle n'est pas très connue en dehors du cercle très fermé des collectionneurs d'appareils dentaires. Elle met en scène un personnage principal, Paul, vendeur de pins has-been, qui se retrouve «au mauvais endroit au mauvais moment» quand il se fait enlever par les extra-terrestres. Revenu sur la terre ferme et ayant tout oublié de l'évènement, il a pourtant le sentiment qu'il y a quelque chose de changé chez lui en s'apercevant qu'il est obligé de sortir un tibia de son oesophage toutes les heures. Cette particularité est d'ailleurs le seul et unique ressort comique de la série où les situations gênantes se multiplient, notamment l'hilarant deuxième épisode de la première saison où Paul est coincé dans un ascenseur en compagnie d'une secrétaire de direction et d'un vendeur de nez de clown, obligé qu'il est de cacher tous les tibias qu'il a produits dans son pantalon. Néanmoins, cette extraordinaire série a deux bémols:

1 – Les rires enregistrés sont utilisés n'importe comment, en particulier à chaque fois que le personnage principal prononce le mot « visiblement »

2 – Le casting, en dehors de l'acteur qui joue Paul, Sébastien Talenez, est d'une qualité très discutable. L'acteur qui joue le rôle du père de Paul a dix ans et il n'arrive jamais à prononcer correctement ses dialogues sous sa fausse barbe. Le chien qui joue le chien de Paul est toujours en train de dormir et l'effet est désastreux quand on entend ses répliques en voix off, du genre : « Oh, un gâteau », « j'ai les oreilles qui me démangent », «mais quelle puce l'a piqué ?» ou encore « Vous auriez pas l'heure par hasard ? ». L'actrice qui joue le rôle de la fille que Paul essaie d'avoir comme petite-amie est en permanence déguisée en Ronald McDonald et inverse la plupart des syllabes, nuisant là encore considérablement à la compréhension. Ne parlons pas du réalisateur, un parfait inconnu, mais qui prend plaisir à faire des caméo dans toutes les scènes en faisant un coucou à la caméra, ce qui est parfaitement ridicule, en particulier quand les personnages sont aux toilettes.

Malgré tous les défauts qu'elle comporte, cette série est de loin celle que je préfère, juste devant l'éternel Max La Menace. Un grand regret qu'aucune nouvelle saison n'ait été programmée, nous laissant sur le suspense du dernier épisode où Paul rencontre un immigré Roumain qui fait pousser des machoires dans ses cheveux.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

1 réflexion sur « QdJ: La loi des séries »

  1. Elle fut également disponible en streaming sur le site web de Daniela Lumbroso du 14 au 15 Août 2007. C'est à cette occasion que j'ai découvert cette petite merveille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *